AUBBRI

 

Compte-Rendu de l'Assemblée générale du 29 juillet 2009

18 heures – Salle communale de Brignogan

 

Le président accueille les adhérents et remercie M. le Maire et ses deux adjoints pour leur présence.

 

 

I BILAN DES ACTIVITES

 

Le C.A. s’est réuni à cinq reprises depuis la dernière A.G. du 6 août 2008. Les comptes rendus sont consultables sur le site de l’association.

 

Des membres du C.A. ont participé aux réunions de Nautisme en Finistère (N.E.F).

P. Bunodière y représente l’AUBBRI au sein du Collège Plaisance.

 

Au cours de l’exercice passé, une délégation de L’AUBBRI a été reçue par M. le Maire. Par ailleurs l’AUBBRI était invitée à assister aux débats de la dernière « Commission municipale de Baie ».

 

L’AUBBRI est également représentée au sein du Conseil Portuaire, de Natura 2000 et des Affaires maritimes.

 

Un projet d’annuaire des membres de l’association a circulé dans l’assemblée, à titre consultatif.

 

II BILAN MORAL

 

Nombre de membres inscrits :

 

-         2005 : 174 

-         2006 : 176 

-         2007 : 171 

-         2008 : 180

-         à la date du 29 juillet 2009, 145 membres ont réglé leur cotisation.

 

III PROJET DE PRESENTATION DE L’HISTORIQUE ET DES OBJECTIFS DE L’AUBBRI

 

Il s’agit d’une présentation sous forme de diaporama ayant pour objectif de « montrer l’intérêt pour la commune de confier la gestion de la baie à l’AUBBRI».

Cette présentation qui peut faire l’objet de modifications a été projetée en continu tout au long de l’A.G.

 

IV ORIENTATIONS SUSCEPTIBLES D’ETRE PRISES PAR L’AUBBRI

 

Concomitamment à cette présentation, il est proposé à l’assistance un échange sur les orientations possibles suivantes :

            1 - l’association doit elle accentuer son action dans le but de convaincre la municipalité de lui

confier la gestion des mouillages légers ?

            2 - l’association doit elle devenir une association plus offensive ?

            3 - l’association doit elle mise en sommeil ?

 

Le président explique la genèse de cette consultation en constatant un déficit de communication entre la municipalité et l’AUBBRI. Il juge nécessaire aujourd’hui de jeter les bases d’une nouvelle forme de concertation pour mieux travailler ensemble .

 

Pour cadrer le débat qui s’instaure, Luc Beaugé de la Roque explique la notion de « mouillage léger » : il s’agit d’accueillir dans la baie plus de bateaux dans moins d’espace afin d’optimiser l’espace de navigation, d’utiliser le port en fonction de la présence des utilisateurs grâce à des mouillages locatifs comme cela se pratique dans de nombreux ports.

 

Mme Geneviève Rousseau - Péron (adjointe municipale) explique que les concessions de port ne peuvent pas être confiées à des associations dans le Finistère et que la gestion d’un port par une association lui paraît quelque peu idyllique.

 

Luc Beaugé de la Roque précise qu’il faut parler de délégation de la gestion et non pas de la concession de port.

 

Un premier intervenant indique qu’il aurait été souhaitable de diffuser préalablement l’information pour mieux comprendre les enjeux visés par l’AUBBRI avant de voter pour l’une des trois propositions d’orientations. 

 

Un second intervenant demande à qui d’autre la mairie pourrait confier la gestion de la baie.

Sur ce point, le président précise qu’à sa connaissance le conseil municipal veut pour l’instant conserver la gestion de la baie. Il indique par ailleurs que le CNBP s’était également porté candidat à cette gestion de baie. P. BUNODIERE considère que les actions des deux associations peuvent être complémentaires et qu’il serait souhaitable qu’elles se concertent davantage pour œuvrer au mieux des intérêts des usagers de la baie.

 

Un troisième intervenant demande des explications sur l’utilisation des termes «association plus offensives», termes jugés quelque peu « militaires ».

P. BUNODIERE précise qu’il s’agit tout simplement d’avoir une attitude plus combative pour faire en sorte que nos idées l’emportent.

 

Un participant à l’A.G. indique que les titulaires d’autorisation de mouillage ont été pour la première fois convoqué au CLUPIP et demande si l’on y évoque les mêmes sujets au conseil portuaire.

Ce à quoi le président répond que l’Aubbri n’est pas représentée en tant qu’association. Cependant un plaisancier membre de l’Aubbri  assiste aux réunions. Sans doute serait-il préférable que l’association soit directement représentée au CLUPIP.

 

Le président indique le rôle uniquement consultatif/administratif du CLUPIP

 

Un autre membre demande s’il y a des zizanies entre la municipalité de Brignogan et l’AUBBRI.

Sur ce point le président répond qu’il n’y a ni animosité ni contentieux mais que l’AUBBRI avait davantage de contacts avec la précédente municipalité représentée à l’époque par J.P. Riou .

Aujourd’hui il est ressenti une certaine forme de fermeture à l’écoute et à la prise en compte des propositions de l’AUBBRI..

 

Le premier intervenant propose d’écouter les arguments de la mairie avant de voter.

 

M. le Maire prend la parole et indique qu’en 2008 la Club Nautique avait soumis la même demande de gestion de la baie que l’AUBBRI ; à l’époque, le conseil municipal avait souhaité prendre du recul avant d’examiner les deux offres de service. Aujourd’hui, la porte n’est pas fermée.  M. le Maire précise que le document de l’Aubbri sera présenté au conseil portuaire quand il sera finalisé.

 

M. Mosneron-Dupin (adjoint chargé du port) explique que le règlement du port oblige à réunir une fois par an les titulaires de corps mort ainsi que les autres participants statutaires du conseil portuaire, ce qui n’avait pas été fait depuis 2004. Or il n’y a pas de représentant de l’Aubbri à ce conseil.

Il précise également que la nouvelle municipalité voulait mieux appréhender les questions touchant à la gestion de la baie avant d’imaginer confier cette gestion à un tiers.

 

Luc Beaugé de la Roque rappelle la vocation initiale de l’Aubbri, son rôle et ses actions:

 

-         Réunir les usagers de la baie, plaisanciers ou non

-         C’est l’Aubbri qui a commencé l’organisation des corps morts alors que la municipalité s’en approprie l’initiative

-         La situation a évolué en 25 ans et le rôle de l’association se trouve très amoindri.

-         La question qui se trouve posée est celle-ci : pour l’avenir quel va être le programme de l’AUBBRI ? , son objectif se résume t-il à organiser annuellement une partie de pêche et un hypothétique rassemblement des cotres ?.

-          

M. Mosneron-Dupin reprend la parole et dit que refaire le plan de la baie et la gérer sont deux choses différentes et que par ailleurs, compte tenu des demandes de bouées, il faut aujourd’hui attendre cinq ans avant d’obtenir une autorisation de mouillage.

 

Un intervenant demande s’il n’est pas possible de créer une nouvelle association comprenant l’Aubbri et le CNBP.

 

Ce à quoi le président répond que chaque association a sa propre vocation, chacune devant limiter ses actions à sa raison d’être.

 

Une autre personne de l’assemblée pose la question : quid de ceux qui ne sont pas adhérents et qui souhaitent détenir une autorisation de mouillage ?

Quelle que soit la situation (actuelle ou future éventuellement), il n’y a pas d’obligation d’adhérer à l’Aubbri pour bénéficier d’un corps mort. Mais l’adhésion est bien évidemment souhaitable.

 

Après ces échanges, le président propose de passer au vote.

 

Sur 75 adhérents présents ou représentés :

 

-         72 ont voté pour la proposition 1

-         Contre : 1 voix

-         Abstentions : 2 voix

 

V LES COMPTES ANNUELS

 

Au 31 décembre 2008, la situation est la suivante :

- Recettes :      2 779,88 euros

- Dépenses      2 362,63 euros

- Résultat            417,25 euros

 

- Disponibilités en trésorerie : 4 959,18 euros

 

Quitus est donné à cette présentation.

 

 

 

VI INTERNET

 

Les remerciements sont adressés à J. Cottin qui assure le fonctionnement du site de l’association.

 

Il est rappelé les principales coordonnées du site :

- Adresse : http : //aubbri.fr

- Mot de passe pour les adhérents : buazen

- E-mail : association@aubbri.fr

 

A noter le succès incontestable de la webcam et la mise en place récente du forum qui débute bien.

 

VII ELECTION AU CONSEIL D’ADMINISTRATION

 

Trois postes sont vacants dont un à renouveler et trois démissions.

Le mandat de M. Cochard est renouvelé et le conseil accueille M. Philippe Barjou.

 

VIII DIVERS

 

Le maître de port est M. Faudeau ; il est visible au local SNSM.

Le CLUPIP se réunira le 11 août à 17h30.

La SNSM organise un vide grenier le 12 août

Le Challenge Aman Ar Ross organisé par le CNPB étant programmé le 15 août, le rassemblement des cotres organisé par l’AUBBRI se limitera cette année à une navigation dans la baie et à l’accompagnement des bateaux du challenge à leur arrivée en baie.

Le feu d’artifice ayant lieu le 14 août, les plaisanciers devront être attentifs à l’arrêté municipal qui sera émis.

Nos remerciements sont adressés à P.J. Bihannic, président de la SNSM , à O. Colin –Barrand (président de l’association Lumière en Baie) et à Marcel Le Guen

L’association s’associe à la peine de la famille de notre adhérent P. Coué suite à son décès.

 

Quelques objectifs pour l’année 2010 :

 

-         organiser une formation au secourisme en liaison avec la SNSM

-         organiser une visite CROSS Corsen

 

IX INTERVENTION DE M. PAUL VINAY

 

M. Vinay est président du CD29 de la Fédération Nationale des Pêcheurs Plaisanciers et Sportifs de France.

 

« La FNPPSF existe depuis 1996 et compte 5 000 adhérents dans le Finistère et 11 000 pour les quatre départements bretons.

La fédération est une organisation où les structures intermédiaires sont dirigées par des bénévoles qui ne perçoivent pas de frais de bouche lors de leurs déplacements et dont les indemnités kilométriques sont fiscalement déclarées.

Son rôle est de s’occuper des problèmes portuaires, sachant qu’il existe des lois régissant le sujet. Pour ce faire, une commission portuaire, en particulier, est en place et est constituée entre autres d’avocats bénévoles, de gens de mer et autres spécialistes.

Le Grenelle de l’environnement 2008 suivi du Grenelle de la mer ont failli avoir de fâcheuses conséquences sur la pêche de loisir par le projet d’instauration d’un permis et la mise en place de quotas.

Au départ des "Grenelle", il n’y avait pas de représentant des plaisanciers.

Il a fallu s’introduire de force dans les différents commissions, de nombreux freins ayant été mis en place pour empêcher leur participation.

Finalement, cela a été possible grâce à l’influence de Gérard d’Aboville.

Pourquoi l’Administration voulait elle mettre en place un permis et des quotas ?

C’était des exigences sans justifications précises sauf à dire que la pêche de plaisance souffre de braconnage.

Sur les deniers de la Fédérations et l’aide de quelques donateurs privés, une étude a été demandée à BVA et Ifremer sur le fait de connaître le poids de la pêche de plaisance.

Il en est ressorti que celle-ci représente 3% des prélèvements totaux par rapport à la pêche professionnelle mais quelle représente aussi un poids économique important .

Par la suite, la fédération a proposé d’étendre l’enquête mais évidemment le ministère de l’Agriculture et de la Pêche a refusé de débloquer les fonds nécessaires.

Cependant, grâce à un donateur, une nouvelle enquête a pu être réalisée, y compris dans les DOM et les TOM.

Celle ci a montré une baisse des prélèvements des plaisanciers par rapport à la première enquête, soit 2% environ :

-           15 000 tonnes pour la plaisance

-         635 000 tonnes pour les professionnels

Ce qui amène la FNPPSF à argumenter sur le fait qu’il faut d’abord s’intéresser aux 98 % pour gérer les réserves halieutiques, ce qui n’a pas été sans soulever des nombreuses protestations.

 

La Charte 2008 qui avait pourtant été acceptée par tous les intervenants (y compris l’Etat) n’a jamais été signée par le gouvernement mais qui plus le texte a peu à peu été modifié pour finalement demander un permis !

 

La FNPPSF a, dans ces conditions inacceptables, demandé le retrait du texte.

 

Il faut par ailleurs ajouter qu’aucune fédération liée à la vie de la mer n’était inscrite dans le "Grenelle de la mer".

De nombreuse relances ont été effectuées auprès du gouvernement, de tous les députés (dont J. Le Guen ) et sénateurs.

La FNPPSF a finalement pu rejoindre le "Grenelle de la mer" le 23 juin 2009 et participe désormais à trois commissions.

 

La charte initiale est finalement déclarée comme étant la seule solution aux problèmes et est admise officiellement par JL Borloo et N. Sarkosy.

Une période d’observation de deux ans de la pêche de loisir est mise en œuvre afin de faire une observation plus fine.

Ceci dit, on comprend bien que la pêche de loisir est devenue un sujet européen.

La FNPPSF se bat donc à ce niveau au sein de l’Europeen Ungler Association.

 

La FNPPSF a, en la circonstance, un besoin vital de figurer dans les discussions avec des effectifs plus importants et j’invite donc les participants à nous rejoindre pour ceux qui ne l’ont pas encore fait ».

 

Le Président remercie M. VINAY pour son intervention puis la séance est levée à 19 heures 45.

 

Le participants à l’A.G. sont cordialement invités au pot de l’amitié.